top of page

YAK-141 FREESTYLE

VOL STATIONNAIRE


Constructeur : YAKOVLEV


Pays du constructeur:

Pays utilisateur (version présentée):

Le Yak-141 est conçu, comme son prédécesseur, le YAK-38, avec un réacteur à poussée vectorielle pour la sustentation et la croisière, plus deux réacteurs verticaux utilisés lors des phases stationnaires. Le YAK-141 est détenteur de 12 records dans la catégorie ADAV, dont le temps de montée, la charge maximale, ou le plafond.


Traduction du magazine : The National Interest (9 Mars 2021)


Malgré le budget colossal du développement du F-35 Joint Strike Fighter du ministère de la Défense des USA, il y a une note de bas de page inhabituelle, souvent négligée dans l'histoire de ce projet : ses origines en tant que chasseur soviétique expérimental qui est tombé dans le domaine de Lockheed Martin parce qu'une entreprise aérospatiale russe avait besoin d'argent sonnant et trébuchant.


Avant le F-35, il y avait le chasseur multirôle à décollage et atterrissage vertical (VTOL) Yak-141 « Freestyle », né pendant une période tumultueuse de l’histoire militaire russe. Bien que le premier vol du Yak-141 en 1987 ait été une contribution révolutionnaire au développement des systèmes VTOL, cet appareil a été largement développé alors que l'Union soviétique s'effondrait et que l'armée russe, nouvellement brisée, n'était pas en mesure de continuer le développement du nouvel avion après le mur de Berlin.


Le fabricant du Yak-141, Yakovlev, s'est soudainement retrouvé confronté à la réalité du capitalisme : à savoir qu'il faut de l'argent pour faire des choses sympas. Et près de 30 ans après le premier vol du Yak-141, le Corps des Marines américain décolle verticalement des porte-avions avec ses F-35B. Voici comment le chasseur soviétique expérimental a donné naissance à l’avion le plus controversé de l’ère moderne.


Le Yak-141 était censé constituer une avancée technologique majeure dans le programme VTOL de l’Union soviétique, qui est passé à la vitesse supérieure dans les années 1970 après que l’Union soviétique ait pris note du développement de l’emblématique Harrier au Royaume-Uni. Mais le programme a d’abord eu du mal à démarrer en raison des performances lamentables du prédécesseur du Yak-141, le Yak-38 « Forger », que les responsables militaires soviétiques considéraient comme un tas de crottes de chien volant après son déploiement en 1971. Malgré son système VTOL fonctionnel, il lui manquait la portée de combat étendue du Harrier ainsi qu'un système radar fiable et un armement approprié - sans parler du terrifiant siège éjectable automatique du Yak-38 qui à la fois sauva des vies et surprit le pilote lorsque il les a fait sortir de l'avion sans avertissement. Bien que National Interest affirme que le Yak-38 était un avion concept qui a été mis en service pour aider à combler les lacunes de l'aviation navale soviétique et qui n'a jamais été destiné au combat de première ligne, il a été l'avion VTOL opérationnel dans l'arsenal soviétique pendant une décennie.


Le Yak-141 a été spécialement conçu par Yakovlev pour combler les défauts du Yak-38, à savoir la vitesse et la portée. Deux prototypes volants ont reçu le feu vert et ont volé en 1987, et l'avion a battu plusieurs records qui, selon Yakovlev, en font le premier avion à effectuer à la fois un vol VTOL et un vol supersonique en palier. Mais après l’explosion de l’un des deux prototypes lors de l’atterrissage sur le porte-avions Admiral Groshev en septembre 1991, le programme fut effectivement paralysé. L'Union soviétique mettait fin à son propre désastre économique et politique et au tumulte qui en résultait qui balayait l'establishment militaire russe, créant une montagne de problèmes que Yakovlev devait surmonter s'il voulait voir le Yak-141 voler à nouveau.


Heureusement pour Yakovlev, le courageux entrepreneur de défense multimilliardaire préféré des États-Unis s’est précipité pour sauver la situation. Alors que le rideau de fer reculait à travers l’Europe, le géant de la défense Lockheed Martin a commencé à investir de l’argent dans le programme Yak-141 afin de glaner de doux et précieux secrets d’ingénierie de l’ancien Soviétique. Les deux sociétés auraient signé un accord en 1991 (mais non révélé avant 1995) prévoyant le financement de prototypes supplémentaires du Yak-141, y compris un plan visant à faire voler le prototype opérationnel restant au salon aéronautique de Farnborough en septembre 1992. Alors que Lockheed n’avait probablement aucune intention d’aider à produire le Yak-141 pour l’exportation ; il serait plus logique que l'intégralité du contrat soit une couverture pour l'obtention de données de test sur le programme Yak-141, y compris, plus important encore, toutes les données VTOL obtenues au cours d'années de tests et de développement. Et Lockheed n’était pas la seule organisation américaine à chercher à tirer les leçons du programme VTOL de l’ère soviétique. Pour preuve, ce document de 1993 que la NASA a publié sur la technologie Yak VTOL : "Le matériel militaire qui était autrefois hautement classifié et qui constituait la base de notre propre planification de défense était désormais ouvertement commercialisé lors de salons aéronautiques du monde entier... Cet environnement permettait une visite au bureau de conception de Yakovlev (YAK) pour un décollage et un atterrissage vertical/court. (VSTOL) évaluation technologique. Yakovlev est le seul bureau de conception de la FSU ayant une expérience dans les avions VSTOL et a développé deux exemplaires volants, le YAK-38 'FORGER' et le YAK-141 'FREESTYLE' "


Ce sont ces données cruciales qui ont probablement contribué à façonner le développement des systèmes moteurs qui constituent le cœur et l’âme du F-35 moderne.


Après que le partenariat Yakovlev-Lockheed ait été révélé publiquement en 1995 et officiellement terminé en 1997, les conceptions uniques du Yak-141 ont persisté. Lorsque Lockheed a introduit une variante VTOL de son démonstrateur X-35 dans le Joint Strike Fighter (JSF) du Pentagone en 1994, la proposition de conception de moteur soumise était radicalement différente de la proposition initiale développée avant l'accord Yakovlev. En effet, la conception VTOL a été modifiée en « ASTOVL Configuration 141 » ; bien qu'il soit possible que ce nom soit une coïncidence, il convient de le noter pour la possible référence au Yak-141. Il semble probable que les données des tests du Yak-141 aient été appliquées d’une manière ou d’une autre à la conception du moteur VTOL de Lockheed, bien que la nature classifiée du programme Joint Strike Fighter ne permette pas de certitude sur ce point. Air Force Magazine a même mentionné la connexion Yak dans un article de 1998 sur Joint Strike Fighter après que le F-35 de Lockheed ait été sélectionné pour la production:

" La tuyère arrière pivotante est une conception sous licence du bureau d'études Yakovlev en Russie, qui l'a testé sur le chasseur Yak-141 STOVL".

"C’était tout ou rien… Si le concept de propulsion ne fonctionnait pas, nous n’allions évidemment pas être compétitifs". Daniels, le dirigeant de Boeing, a déclaré que le concept de la soufflante de sustentation était « probablement la caractéristique la plus importante » de la concurrence.


Pour être clair, la conception globale du F-35 n’est pas calquée sur celle du Yak-141 : le premier utilisait une méthode de stabilisation différente (voir les deux jets tirant à l’avant de l’avion) ​​et avait un profil aérodynamique différent. Mais il est presque certain que les données tirées de l’ancien projet soviétique VTOL ont très probablement été utilisées dans le développement de la variante VTOL du F-35 Joint Strike Fighter. Et cela signifie que le F-35 doit au moins une partie de son existence à un programme d’armement de l’ère soviétique qui n’a jamais vraiment pris son envol. Le Yak-141 Freestyle ne compte peut-être pas techniquement comme un prédécesseur du F-35, mais le JSF semble avoir au moins un peu d'ADN russe flottant autour de la conception de son moteur - et alors que le F-35 s'est concrétisé aux États-Unis, le Yak-141 Freestyle est mort tranquillement en Russie. Cependant, si une industrie de défense russe renaissante choisit d’aller de l’avant avec un avion VTOL embarqué, au moins un législateur russe a demandé que le Yak-141 soit relancé, très probablement avec un nouveau look plus furtif pour une nouvelle Guerre froide...




Longueur :   18,30 m

Envergure  :   10,10 m

Motorisation :    1 Kobchenko/Soyouz RD-79V-300

  + 2x RKBM/Rybinsk RD-41 (sustentation)

Poussée:   15,5 T avec PC + 2x 4,1 T (sustentation)

Masse à vide:       11,65 Tonnes     Maximale: 19,5 Tonnes

Vitesse maximale: 1800 km/h  (Mach 1,5)

Rayon d’action:  1010 Km en ADAC avec 1t de charge

Nombre d’appareils construits:  2 + 2

Mise en service:  1987    Retrait:  1992


Détails de la maquette:












コメント


bottom of page